Vous êtes ici

Promouvoir le droit à la ville des femmes migrantes (Dialogue organisé dans le cadre du projet MC2CM)

Le 10 septembre dernier, la CGLU-CISDPDH et le projet MC2CM ont co-organisé un Dialogue « Femmes migrantes dans les villes » qui a réuni plusieurs représentants des gouvernements locaux et d'autres acteurs travaillant sur cette question dans la région méditerranéenne et au-delà. Ce dialogue a produit une cartographie des défis auxquels les femmes migrantes sont confrontées, définissant également les obstacles et les possibilités d’action des pouvoirs locaux sur les problématiques soulevées. Cet événement a permis d’alimenter les discussions autour de l’agenda pour le droit à la ville en abordant une priorité émergente et encore peu identifiée - celle des femmes migrantes. A partir de l'expérience de plusieurs pouvoirs locaux travaillant sur ce sujet, les échanges ont mis en avant l’intérêt d’un regard croisé sur les perspectives genre et migration pour un agenda social renforcé et plus inclusif.

L'événement a mobilisé l'expertise de plusieurs collectivités territoriales en matière de politiques de protection et d'inclusion ciblant les femmes migrantes. Il a également permis un premier état des lieux des besoins spécifiques de ce public, identifiés à partir de l’expérience des différents territoires participants à la rencontre. Il a aussi été l’occasion d’aborder de nouveaux champs d’action potentiels des politiques publiques pour mieux promouvoir la protection des droits des femmes migrantes. La participation de représentants des agences internationales comme ONU Femmes et ONU Habitat a permi de recontextualiser cet enjeu.

Les villes de Sousse (Tunisie), Turin (Italie) et São Paulo (Brasil) ont présenté leurs propres expériences en matière de promotion du droit à la ville des femmes migrantes, en approfondissant des enjeux spécifiques comme le rôle du partenariat avec la société civile. En effet, ces trois villes mettent l'accent sur la promotion d'actions conjointes avec les groupes de base et l'organisation communautaire afin de mieux répondre aux besoins de ce groupe et de renforcer l'efficacité de leurs politiques.

L'événement a accueilli un exercice de cartographie interactif qui a permis aux participants d'identifier collectivement les besoins spécifiques des femmes migrantes ainsi que les obstacles et les opportunités posés par l'action locale qui y sont liés. Les questions liées à la protection des femmes migrantes (contre la violence et l'exploitation) et à leur inclusion (sur le marché du travail ou dans la vie sociale, culturelle et politique locale par exemple) ont reçu une grande attention de la part des participants. Parmi les autres domaines prioritaires figurent l'accès à la santé et aux services de base, la conception d'espaces publics, l'assistance psychosociale, la prise en charge des enfants ou encore l'intégration de la dimension de genre et l'approche intersectionnelle dans l'élaboration des politiques locales.

[ Un rapport détaillé de l'événement sera bientôt disponible ]