Vous êtes ici

Défis et réponses au COVID-19 dans les territoires : Entretien avec Pedro del Cura, Maire de Rivas Vaciamadrid

Source des photos: Ayuntamiento de Rivas Vaciamadrid

La crise du COVID-19 a généré des innovations intéressantes dans la manière dont les gouvernements locaux développent leurs politiques publiques. La pandémie a non seulement recentré l'attention publique sur la garantie des droits comme meilleur moyen de lutter contre les inégalités, mais elle a également démontré la capacité du niveau local à répondre aux besoins des citoyen.ne.s à court et long terme. Le cas de Rivas Vaciamadrid en Espagne montre la diversité des questions abordées dans sa réponse à l'urgence (droits des enfants, mobilité, droits des femmes) ainsi que la manière dont la Ville a coopéré avec les acteurs sociaux et encore, en agissant de concert avec d’autres pouvoirs locaux. Son maire, Pedro del Cura, partage dans cette interview plusieurs leçons apprises, ainsi que ses propositions pour relever les défis et profiter des opportunités pour faire avancer la garantie des droits. 


 

 Les villes face au COVID-19 : capacité d'adaptation mais aussi des limites d’intervention   

Selon le maire Pedro del Cura, « le fait qu'en 48 heures nous ayons pu adapter le travail du personnel de la ville et faire en sorte que l'administration continue sa mission » a été un grand apprentissage, qui a également montré le haut niveau d'engagement de l'administration et de tout son personnel. Cette crise a montré à la fois la capacité d'adaptation ainsi que d'innovation des pouvoirs locaux face à la situation imposée par le COVID-19.   

Cependant, la crise a également mis en évidence à la fois les inégalités structurelles et les difficultés que rencontrent de nombreuses collectivités locales pour accéder à des informations sur les besoins des habitants les plus vulnérables à l'échelle de leurs territoires. Le maire mentionne plusieurs groupes spécifiques, tels que les personnes ayant souffert d'une baisse de revenus ou les personnes âgées vivant seules. « Afin de ne laisser personne pour compte et savoir quel type d'assistance fournir, nous devons savoir combien de personnes sont dans cette situation et quelles sont leurs besoins spécifiques ». Un autre exemple est celui des violences faites aux femmes, qui subissent des situations de violence et de contrôle social par leurs agresseurs au sein de leur domicile. Avec la désescalade, il y a eu une augmentation importante du nombre de plaintes déposées pour des cas de violence domestique. Dans le cas de Rivas Vaciamadrid, la Ville a renforcé les services téléphoniques pour les victimes.   

La crise accentue les inégalités, l'un des principaux défis étant de garantir le droit à l'éducation   

Le maire souligne que, bien qu'il n'y ait pas encore suffisamment de données pour mesurer l'impact de la crise sur les inégalités, les services sociaux municipaux ont déjà identifié une détérioration des conditions de nombreux usagers, ainsi que l'apparition de plusieurs nouveaux usagers. Pour le maire, il est impératif de mettre en œuvre des mesures de protection sociale et de reconstruction coordonnées avec d'autres administrations pour éviter que la pauvreté ne s'aggrave ou ne devienne chronique.   

Selon Pedro del Cura, l'une des principales priorités doit être de garantir le droit à l'éducation. Avec la fermeture des écoles, « le droit à l'éducation sur un pied d'égalité disparaît. Nous nous sommes concentrés alors sur la garantie des droits liés à l'école, tels que la sécurité ou l'alimentation, bien que ces droits ne puissent être virtualisés ». Le maire insiste sur le fait que l'éducation est un indicateur d'équité, puisque l'école renforce l'égalité des chances malgré les conditions socio-économiques des familles. Pour éviter que la crise ne brise ce mécanisme d'ascenseur social, Rivas Vaciamadrid a acheté des tablettes et ordinateurs portables et a travaillé avec les familles pour surveiller le processus éducatif des enfants.   

« Face à la pandémie, les collectivités territoriales ont décidé de partager leurs apprentissages et de rechercher les outils qui sont à notre portée pour offrir des solutions. L'engagement des gouvernements locaux et leur volonté de coopérer est également un message très puissant que les citoyen.ne.s comprennent ; il est donc nécessaire de profiter de cette occasion pour revendiquer la vocation du municipalisme, son lien avec la citoyenneté et sa contribution au travail de l'administration publique ».

Pedro del Cura, Maire de Rivas Vaciamadrid

La résilience se construit à partir des politiques publiques et de la contribution du secteur associatif   

« Grâce aux puissants investissements réalisés dans les services publics ces dernières années, aucune nouvelle réalité posée par le COVID-19 n'est passée inaperçue et où nous aurions dû improviser. Les besoins des citoyen.ne.s dans des domaines tels que le transport, les achats alimentaires ou les soins psychologiques ont été satisfaits et nous avons renforcé le suivi téléphonique ». Selon le maire, le renforcement des services publics avant la crise a joué un rôle clé dans la réponse de la Ville de Rivas Vaciamadrid, mais pas seulement: « Cette système de protection sociale n'est pas seulement le mérite du conseil municipal, mais aussi de la société civile organisée » qui, depuis la crise de 2008, a généré un système d'entraide où de nombreuses entités et groupes de quartier sont venus combler les déficits générés par la réduction des budgets publics.   

Maintenir ce réseau a permis aux citoyen.ne.s de se mobiliser pour fabriquer des masques, soutenir les centres de santé, distribuer de la nourriture ou apporter une aide au transport. D'autres organisations ont fourni de l’assistance en ligne dans des domaines tels que l'éducation ou la culture. Selon le maire, « ces initiatives nous ont permis de rompre avec les effets néfastes de l'isolement sur le plan psychologique, en créant des espaces de santé par le maintien du lien social et d'une autre forme de normalité ». Ce réseau d'acteurs sociaux et d’habitants mobilisés a également permis à la Ville d'être mieux informée et d'atteindre des réalités qu'elle n'aurait pas pu atteindre seule: comme l’ai dit le maire « Rivas est une grande ville qui a aussi le meilleur d'une petite ville, puisque nous coopérons et nous nous prêtons au partage des informations, des besoins et de l'aide mutuelle ».   

[ En savoir plus sur les politiques mises en œuvre par Rivas pendant la période de confinement ]

Garantir les droits : Des réponses d'urgence aux politiques publiques structurelles   

« Ayant acquis de précieuses leçons dans la lutte contre la pandémie, nous espérons maintenant générer des anticorps sociaux qui nous protégeront des conséquences sociales et psychologiques qu'elle entraîne ». Le maire souligne que la crise de COVID-19 n'est pas encore terminée - il est donc nécessaire de continuer à renforcer les services publics et la coopération pour y faire face. En même temps, la crise offre l'opportunité de transformer certains domaines d’intervention qui sont étroitement liés à la garantie des droits et aux politiques de durabilité. Le maire souligne par exemple que la promotion du bien-être et l’accès à une vie saine prendra du poids dans les années à venir en tant que paradigme de santé publique. Les collectivités locales peuvent promouvoir le vieillissement actif et la protection des populations âgées, le sport, prendre de nouvelles mesures de prise en charge psychologique ou d’habitudes alimentaires plus équilibrées.     

Un autre élément qui a pris du poids est celui de la mobilité verte. Le maire défend la nécessité de « promouvoir des modèles de mobilité durables, sûrs et accessibles, qui nous invitent à repenser même le fonctionnement de nos villes ». Rivas Vaciamadrid essaie d'éviter une augmentation de l'utilisation des véhicules privés et de mettre en place des alternatives pour que les limitations actuelles des transports publics n'implique pas d’utiliser la voiture ou de rester à la maison. La numérisation est également un facteur de transformation de l'administration municipale au service de l’inclusion sociale, même si cette poussée ne doit pas faire oublier qu'il existe une forte fracture numérique. Dans ce sens, et seulement au cours des derniers mois, la ville de Rivas Vaciamadrid a effectué un suivi téléphonique détaillé de l'état de toutes les personnes âgées, en recueillant des informations sur les personnes avec lesquelles elles vivent et sur leurs besoins. Le maire souligne comment la numérisation des services municipaux peut également accélérer de nombreuses procédures.   

Pour la relance économique, le maire mentionne comment Rivas Vaciamadrid « a mis en place des forums qui évalueront comment articuler les aides et réduire les impôts et abordent également des aspects tels que la mobilité durable ou la conception des logements ». Le cas du logement présente un intérêt particulier pour le maire, qui mentionne comment « la notion d’habitat a radicalement changé, tout le monde n'a pas été confiné dans les mêmes conditions en fonction d'où ou comment il/elle vivait ». Pour reconnecter le logement en tant qu'espace d'interaction, de travail et de loisirs, il est nécessaire de repenser la façon dont nous concevons non seulement l’habitat mais aussi les espaces publics. Le maire conclut en déclarant que « la meilleure façon de garantir une vie quotidienne pleine de droits et promouvoir le droit à la ville est de combattre la peur avec responsabilité : récupérer le droit à la santé afin de pouvoir avoir une vie quotidienne ».

[ Lire le rapport de gestion de Rivas Vaciamadrid face au COVID-19 ]

Rivas Vaciamadrid encourage la coopération entre les gouvernements locaux  

Selon le maire Pedro del Cura, la coopération entre les gouvernements locaux est considérée comme un élément clé pour surmonter la crise. Il souligne comment « les villes, au-delà des différences entre les pays, partagent la responsabilité de protéger les droits de leurs habitants ». Si les gouvernements locaux se sont souvent trouvés à mettre en œuvre des orientations nationales, ils ont également généré leurs propres réponses dont on peut tirer de nombreux enseignements. « Aujourd'hui, nous avons des villes qui sont sur une situation où je serai dans un mois, et d'autres viennent d'entrer dans le scénario d'où je viens. Il est important de soutenir le flux d'échanges et de mettre en évidence les solutions qui fonctionnent et celles qui ne fonctionnent pas. Il est également important de socialiser les échecs afin d'apprendre ».   

Rivas Vaciamadrid est une ville active au sein de la Fédération espagnole des municipalités et provinces (FEMP), et à partir de cet espace participe à un groupe de villes sur la mobilité durable en relation avec le COVID-19. Pedro del Cura souligne comment la crise a renforcé la coopération entre les gouvernements locaux au-delà des différences territoriales, de taille ou de partis politiques. Face à la pandémie, « les collectivités territoriales ont décidé de partager leurs apprentissages et de rechercher les outils qui sont à notre portée pour offrir des solutions ». Pedro del Cura souligne que la FEMP a offert une plateforme pour demander plus d'autonomie pour les gouvernements locaux à l'échelle nationale : « étant donné que nous sommes la porte d'entrée pour de nombreux besoins sociaux de nos citoyen.ne.s, et pour leur donner des réponses, il faut plus de ressources ». L'engagement des gouvernements locaux et leur volonté de coopérer est également « un message très puissant que les citoyen.ne.s comprennent »; il est donc nécessaire de profiter de cette occasion « pour revendiquer la vocation du municipalisme, son lien avec la citoyenneté et sa contribution au travail de l'administration publique ». 

 

En savoir plus sur les réponses à la crise du COVID-19 issues à l'echèlle locale :