Vous êtes ici

Défis et réponses au COVID-19 dans les territoires : Entretien avec Paola Pabón, préfète du gouvernement provincial de Pichincha (Équateur)

Alors que le COVID-19 se consolide ou frappe de nouvelles régions de la planète, il en va de même pour la grave crise sociale qui l'accompagne - une crise qui, à bien des égards, découle de causes structurelles antérieures à la pandémie. Les systèmes nationaux de protection sociale ont montré des limites pour faire face à cette situation, générant une mobilisation inédite de nombreux pouvoirs locaux et régionaux, qui ont dû s'adapter pour mettre en œuvre des mesures efficaces et innovantes répondant aux besoins de leurs habitants. C'est le cas du gouvernement provincial de Pichincha (de la capitale Quito), qui a pris d'importantes mesures en matière d'aide sociale et de santé publique. La présidente (“Prefecta”), Paola Pabón, partage dans cette entretien l'expérience de Pichincha au cours des derniers mois, ainsi que ses propositions pour inventer une nouvelle normalité: souveraineté alimentaire, égalité des genres ou la nécessité de renforcer la coopération transnationale. Cet entretien a été rendu possible grâce à la collaboration du CONGOPE - Consortium des gouvernements autonomes provinciaux de l'Equateur et le Forum des régions de CGLU.


 

Gouvernance territoriale et action publique : Le niveau régional s'adapte et prend l’initiative dans la lutte contre la pandémie

L'action des collectivités territoriales équatoriennes a été déterminante pour ralentir la propagation de la pandémie et contenir la crise sociale qu'elle a provoquée, selon la préfète. Ce leadership a dû être développé « dans le contexte d'un budget national de santé qui avait été réduit avant la crise malgré les appels à une augmentation des investissements » parallèlement aux obligations de paiement de la dette extérieure. Selon la préfète, « cette crise nous ramène à l'essentiel, qui est de donner la priorité à la garantie de l'alimentation et de la santé », tout en soulignant que « la crise met en évidence les effets de la marchandisation d'un droit comme la santé ».

Face à ces lacunes, les trois niveaux de gouvernement infranationaux de l'Équateur (parroquia, municipalité et province) se sont distingués par leur prise d’initiative. Selon la même Préfecture, le niveau municipal assure de nombreuses compétences en matière de services publics (tels que l'approvisionnement en eau ou la collecte des déchets solides), tandis que la parroquia assure la désinfection des espaces publics.

« Puisque le monde ne sera plus le même, nous devons disposer d'espaces de réflexion partagés avec des autres gouvernements locaux et régionaux qui nous aident à faire en sorte que le retour à la normalité n'implique pas un retour à la violence contre les femmes, à l'inaction face au changement climatique ou à la marchandisation de la santé. Le droit de vivre une vie sans violence, à l'alimentation et à l'égalité... doit être le nouveau paradigme dans le monde à venir ».

 

Paola Pabón, Préfète du gouvernement provincial de Pichincha

Selon la préfète, la crise réaffirme le rôle des acteurs publics comme responsables de la mise en œuvre de politiques qui protègent tout le monde et s'attaquent aux inégalités structurelles et aux besoins de ceux qui souffrent le plus. Des gouvernements comme celui de Pichincha se sont appuyés sur l'implication de la société civile pour intégrer les initiatives de solidarité civique émergentes de divers acteurs sociaux sous forme de politiques publiques locales. Selon Paola Pabón, ces exemples réussis de coopération avec les acteurs sociaux et les organisations locales ont permis de renforcer l'efficacité des actions des deux acteurs, en tirant également parti de leurs expériences antérieures et en générant une cohésion et une confiance mutuelle. 

Le modèle de la province de Pichincha se développe à travers quatre axes : Informer, prévenir, coopérer et protéger

« Ces quatre axes - informer, prévenir, coopérer et protéger - ont défini le rôle du gouvernement provincial tout au long de ces mois de pandémie », a souligné la préfète Paola Pabón tout au long de l'entretien, tout en précisant que le succès de ces actions ne peut être compris sans le bon niveau de coopération avec le gouvernement local et de parroquia. Rien que pour le travail d'information et de prévention, la province a mis en place 72 points d'information répartis sur tout le territoire ; « en mars, les gens pensaient que le coronavirus était quelque chose qui n'arrivait qu'en Asie ; il fallait déjà attirer l'attention sur la nécessité de se laver les mains et de prendre des précautions ». La préfète souligne comment cette campagne a permis de stopper le taux de contagion en milieu rural, où la campagne de prévention était très importante.

Toujours dans le domaine des soins médicaux, d'importantes actions ont été menées par le niveau provincial et en coordination avec le ministère de la santé. La province dispose de son propre service de santé, Pichincha Humana, qui a précisément été renforcé avant la crise. Plus précisément, la province a progressé vers l'uniformisation des salaires du personnel médical de la préfecture vers la moyenne nationale. Cela a permis d'attirer des professionnels sur le territoire et rendre leurs conditions de travail plus dignes. Les niveaux provincial et de parroquia ont également coordonné la livraison de fournitures médicales et d'équipements de protection. La présidente elle-même a voulu souligner la nécessité de redoubler les mesures de protection du personnel médical en prêtant également attention au personnel administratif et aux aides-soignants, qui sont généralement négligés dans ces discussions.

L'axe de la sécurité et de la souveraineté alimentaire a été l'une des principales priorités et quelque 16 000 paniers de nourriture pour les ménages en difficulté économique du fait de la crise. Selon le préfet, ce programme a eu deux effets positifs : « d'abord, s'assurer que tout le monde reste chez soi pendant la période de pic d'infection ; ensuite, soutenir les producteurs de la province, à qui nous achetons la plupart de nos produits ». Ainsi, le programme de Pichincha a anticipé et commencé à remédier à la crise économique potentielle qui s'annonçait, sachant qu'elle impacterait, par exemple, aux agriculteurs incapables de vendre leur production quotidienne sur les marchés et dans les centres de distribution du territoire. Selon Paola Pabón, « nous avons créé un réseau de distribution efficace qui permettrait de dynamiser l'économie locale sur la base de circuits de commercialisation locaux, populaires et solidaires ».

La présidente conclut sa réflexion en soulignant le domaine de la protection des droits des femmes. Le gouvernement provincial a dû décider d'adapter le Centre pour la protection intégrale des droits qui avait été ouvert quelques semaines avant le début du confinement et qui était axé sur les questions de santé sexuelle et sur la protection des victimes de la violence. « La décision d'adapter les services du Centre a permis de sauver la vie de nombreuses femmes au cours de ces mois », note la présidente. Ainsi, de nouvelles lignes d'assistance téléphonique pour les victimes ont été mises en place, ainsi que des protocoles avec la police nationale qui permettent aux victimes d'échapper à leur agresseur grâce à des procédures sûres (en utilisant des codes spécifiques qui n'attirent pas l’attention des agresseurs, comme dans la procédure de demande d'un « panier rouge »). La province travaille également avec des organisations sociales locales pour mettre en place un réseau d’hébergement d'urgence pour les victimes de violences conjugales.

Une crise de modèle à l'échelle mondiale ; une opportunité de réinventer notre environnement par l'action territoriale

« La pandémie a montré que les modèles capitalistes et les États néolibéraux sont incapables de répondre à l'urgence ». Si l'entretien avec la préfète a permis de partager de nombreux exemples mis en place durant ces mois, il s'est également distingué par son analyse structurelle de la crise. Au niveau mondial, la préfète détecte un moment de disjonction où « nous sommes confrontés à plusieurs dilemmes en tant que société. Le premier est de savoir si nous allons renforcer les liens d'intégration entre les sociétés ou voir une montée du nationalisme. Une autre, liée, est de savoir si nous allons traiter la santé publique à partir d'une véritable coordination mondiale ou si nous allons opter pour des politiques isolées, privatisées, qui ont déjà prouvé leur inefficacité ».

Dans le cas de l'Amérique latine, et selon Paola Pabón, il est nécessaire d'avancer vers une plus grande intégration régionale qui permettra une meilleure coordination à l'avenir : « Intégration autour du droit à la santé, à l'éducation et à l'innovation scientifique pour protéger nos peuples ».

Selon la présidente, pour garantir efficacement les droits, il est nécessaire de soutenir la décentralisation comme un moyen efficace de lutter contre les inégalités territoriales, d'améliorer la provision de services de santé et de garantir le droit à l'alimentation par le biais du développement économique local.

Dans le cas de Pichincha, la stratégie de relance économique implique un programme ambitieux de plantation d'aliments, un soutien aux petits producteurs et la mise en place de nouveaux canaux de distribution et de commercialisation en accord avec la construction de la souveraineté alimentaire. Le gouvernement provincial est déjà en train de finaliser sa stratégie de retour à la nouvelle normalité économique, en prêtant attention aux besoins des groupes les plus vulnérables. Les nouveaux réseaux de souveraineté alimentaire, d'économie populaire et de finance solidaire sont en phase avec l'offre de soutien à ces groupes.

Les réflexions de la préfète soulignent également que  « puisque le monde ne sera plus le même, nous devons disposer d'espaces de réflexion partagés avec des autres gouvernements locaux et régionaux ». Dans ces espaces, Pichincha souhaite défendre la centralité des services publics et de l'action territoriale afin que « le retour à la normalité n'implique pas un retour à la violence contre les femmes, à l'inaction face au changement climatique ou à la marchandisation de la santé : Le droit de vivre une vie sans violence, à l'alimentation et à l'égalité... doit être le nouveau paradigme dans le monde à venir ».

En savoir plus sur les réponses à la crise du COVID-19 issues à l'echèlle locale :